News Updates :

Les locutions prépositionnelles de localisation

giovedì 22 maggio 2014


Il y a au moins 186 locutions prépositionnelles de localisation.
1 Critères du figement, mots à trait d’union et formes de la particule initiale
Les principaux critères de figement qui se manifestent dans le vocabulaire des locutions prépositionnelles de localisation sont de nature syntaxique : absence de déterminant (à bord, à côté, à droite, en bas, etc.) et impossibilité d’adjoindre un modifieur (* se promener au bord verdoyant d’une rivière, *attendre qq à la porte vitrée d’un bâtiment, *habiter au nord glacial du Canada). En revanche, du point de vue sémantique, on observe que le sens de ces locutions est souvent parfaitement calculable, ce qui nous permettra (cf. Partie 3) de dériver dans une large mesure la classification sémantique des locutions prépositionnelles de celle de ces noms. Cette contradiction entre le figement syntaxique et le caractère compositionnel du sens peut s’expliquer par le processus de grammaticalisation (cf. infra § 2.3.4) qui a donné naissance à la majorité de ces prépositions.
Parmi les locutions prépositionnelles de localisation, il y a 10 mots à trait d’union (au-dedans, au-dehors, au-delà, au-dessous, au-dessus) pour lesquels il existe les variantes graphiques au dedans, au dehors, au delà, au dessous, au dessus. Les autres mots à trait d’union sont par-delà, par-derrière, par-dessous, par-dessus, par-devant. Ces prépositions figurent dans leur emploi « non dynamique » (rare en français contemporain) illustré par :
(10) Le ciel est par-dessus les toits
La vente a été conclue par-devant mon notaire de famille
Examinons la forme de la particule initiale : 109 locutions commencent par la particule à (à deux pas, à la cime etc.) ; 24 locutions commencent par la particule en (en amont, en deçà, en arrière etc.) ; 15 locutions commencent par la particule de (de ce côté-ci, de bas en haut etc.).
2 Les variantes intensives
Un certain nombre de prépositions de localisation comportent une variante intensive de forme adverbiale ou adjectivale. Les formes adverbiales sont tout (tout à côté, tout à l'entour, tout au bout, tout au fond, tout au long, tout au milieu, tout autour, tout contre, tout du long, tout en bas, tout en haut, tout le long, tout près) ; loin (loin derrière, loin devant) ; très (très loin, très près, très loin derrière, très loin devant etc.) ; le plus (au plus profond).
Les formes « adjectivales » sont : plein (en plein centre, en plein dans, en plein milieu, en plein sur) ; beau (au beau milieu) ; fin (au fin fond) ; respectueuse (à distance respectueuse, à une distance respectueuse).
3 Les classes de noms figurant au sein des locutions prépositionnelles de localisation et leur nature
Nombre de locutions de localisation comportent un nom susceptible de figurer en emploi libre dans la construction de forme :
(11)a Le N de N<concret>
(11)b L’intérieur de cette maison est délabré et l’extérieur est recouvert de lierre
Il y a une étiquette sur le dessus de ce coffret ; les alentours de la ville sont charmants
La frontière du Maroc est fermée ; l’arrière de ma voiture est cabossé
Parmi ces noms figurent principalement des noms de portions (ex. le haut, le bas, l’avant, l’arrière, le côté, le bout etc.) et des noms de termes. Cette dernière catégorie se subdivise en deux classes : les noms de limites (ex. le dessus, le dessous, le devant, le derrière, le bord etc.) et les noms de terme intermédiaire ou milieu (le milieu, le centre). Les noms de portions et de limites peuvent être « polarisés » selon les axes vertical, frontal, latéral ou selon les axes des points cardinaux.
Parmi ces noms figurent aussi des noms originellement de partie du corps (ex. le cœur, le pied, la tête, les yeux, la main etc.) et de parties de bâtiment, paysage, pays etc. (ex. la porte, la cime, la lisière, la frontière etc.). Ces catégories peuvent être souvent rapprochées des noms de portions et de termes : par exemple lisière est un nom de limite et cœur est un nom de milieu.
Quelle est la nature de ces noms ? S’agit-il de méronymes ? Il est difficile de le soutenir car ils sont bien plus syncatégorématiques (cf. G. Kleiber (2001: 283) que les méronymes. En effet, contrairement aux méronymes, ils sont presque tous inaptes à avoir un référent autonome :
(12)a *J’ai photographié (un bord, un haut, un centre, un dessus, un côté, un bout)
vs
(12)b J’ai photographié (une main, un toit, une roue, une portière, une branche, des racines)
Les noms qui figurent dans l’exemple (12)a peuvent être rapprochés de noms comme portion, morceau, moitié, totalité, bout : les uns et les autres sont tout à fait syncatégorématiques et sont par conséquent dans l’impossibilité d’être analysés comme étant la tête du SN, dans des expressions telles que :
(13)a le bord du trottoir, le haut du buffet, le centre du jardin, le bout du couloir
cf.
(13)b (une portion, un morceau) de tarte ; la moitié de la population ; un bout de pain
Tous ces mots sont morphologiquement des noms ; mais du point de vue syntactico-sémantique, ce sont des déterminants. Nous qualifions de déterminants locatifs les noms syncatégorématiques haut, bas, devant, extrémité, côtés, bout etc. En effet, ils désignent l’effet d’une partition sur l’extension spatiale d’un objet concret1.
4 Processus de grammaticalisation ayant donné lieu à la majorité des locutions prépositionnelles de localisation
Dans l’histoire de la langue, une préposition simple à, en ou de en est venue à s’associer, dans le cadre d’un processus de grammaticalisation (cf. Hopper & Traugott 1993), au premier élément d’un syntagme de forme le N de-SN, de façon à former avec lui une locution de forme (à, en, de) (le, 0) N. On passe ainsi de (14)a à (14)b :
(14)a Syntaxe « primitive »

Argument entité à localiser
Prépositions simples
Argument point de repère
DET locatifs
de SN
Pierre
est à
l’intérieur
de sa chambre
On a mangé
en
haut
de la colline
L’incendie fait rage
à
le bord
du fleuve
(14)b Syntaxe « accomplie »
Argument entité à localiser
Locutions prépositionnelles
Argument point de repère
Pierre
est à l’intérieur
de sa chambre
On a mangé
en haut
de la colline
L’incendie fait rage
au bord
du fleuve
5 L’emploi absolu des locutions prépositionnelles de localisation
Le régime de la majorité des prépositions (149 sur 205), tant simples que locutionnelles, peut faire l’objet d’une ellipse à condition que l’élément effacé soit récupérable dans le contexte discursif (ellipse anaphorique) ou par prise en compte du contexte d’énonciation (ellipse déictique) :
(15) Tu vois l’église ? J’habite (à côté, en face) (de l’église, 0)
Il s’agit d’un cas particulier d’anaphore associative (cf. Le Pesant (1996)), cela près qu’on n’est pas en présence d’une relation méronyme/holonyme.
Les principales prépositions locatives qui refusent l’ellipse de leur régime (57 sur 205) sont notamment : les prépositions simples dans, sous, sur, hors (lesquelles ont remplacé les anciennes prépositions dedans, dessous, dessus et dehors qui l’acceptaient et qui subsistent en français moderne en tant qu’adverbes anaphoriques ou déictiques) ; les prépositions simples à, contre, en, entre, parmi, vers, face, auprès ; des locutions formées à partir de noms de parties du corps (à la barbe, à la droite, à la gauche, au cœur, au sein, aux pieds, aux côtés, au pied, sous le nez, sous les yeux). D’autres prépositions sont concernées, telles au pourtour, par-delà, au long, le long, à la hauteur, au contact, au niveau, au ras, au voisinage, aux abords etc2.

Notes
1 On peut aussi rapprocher les déterminants locatifs des déterminants de phase (le début, le commencement, la fin etc.) qui signifient quant eux une partition sur l’extension temporelle d’un événement.
2 Quelques prépositions comportant un nom de partie du corps et sélectionnant un nom d’humain peuvent incorporer un déterminant déictique possessif : (à, sur) ma (droite, gauche) ; à mes (pieds, côtés), sous (mon nez, mes yeux). Ce fait est conforme aux conditions générales pesant sur l’anaphore associative quand un nom de partie du corps est en cause :
une église … le clocher … ; un homme … * la tête … ; un homme … sa tête …
Share this Article on :
Ads arab tek

© Copyright Universtudy 2010 -2011 | Design by Herdiansyah Hamzah | Published by Borneo Templates | Powered by Blogger.com.