News Updates :

QUELQUES REPÈRES HISTORIQUES SUR LA LANGUE FRANCAIS

martedì 14 ottobre 2014

  • Moyen Âge : les scribes qui retranscriront pour la première fois le français naissant auront essentiellement pour but de restituer une prononciation. Cependant, ils vont se heurter à de nombreux écueils :
    • la langue a évolué et l’alphabet latin, avec ses 22 lettres, ne suffit plus pour retranscrire tous les sons (exemple : une même lettre « u » ou « i »va servir à retranscrire, selon la position, des sons très différents) ;
    • on prononce de façon différente selon la région de France où l’on se trouve ; chaque scribe adapte donc sa retranscription d’un texte en fonction de la variante régionale ;
    • par simplification, l’évolution du latin au français va aboutir à la formation de nombreux homophones monosyllabiques ; ce phénomène ne va pas concerner les autres langues romanes (exemple : les mots qui ont donné cinq, saint, sein, seing, ceint, sain, ne sont pas également devenus homophones dans ces langues).

  • Renaissance : à cette époque, le français s’est modifié sur tous les plans, mais l’orthographe se fige, bien que la prononciation des mots évolue beaucoup. Grammairiens, poètes et imprimeurs vont user de leur influence conjuguée pour réformer les graphies du français. Les modifications les plus importantes sont :
    • l’amélioration de l’alphabet (ajout des « k, j, v, w ») ;
    • l’ajout de lettres pour faciliter la lisibilité (« h » à « huile » pour distinguer ce mot de « vile » qui s’écrivait alors avec un seul « l ») ;
    • le recours systématique à l’étymologie, du moins pour distinguer la masse importante des homophones (vingt car > viginti) ; de nombreuses erreurs d’appréciation se sont alors produites (ex. : le mot « poids ») ;
    • le recours aux accents (on écrivait « il ha », avant de mettre un accent grave sur la préposition, ce qui a permis de distinguer le verbe « il a » de « à ») ;
    • les consonnes doubles : dans le cas de « nn » ou « mm », pour signifier qu’il s’agit d’une voyelle nasalisée suivie d’une consonne nasale (ex. année, grammaire) ; les autres redoublements vont servir à marquer la prononciation du e ouvert (ex. il appelle) mais ce procédé sera concurrencé par l’accent grave.
L’utilité de ces modifications étant purement visuelle, on dit de l’orthographe française qu’elle prend à cette époque un aspect idéographique, et donc perdre de son phonétisme.

  • XVIe siècle : des modifications nombreuses de graphies se font sous l’impulsion des grammairiens (Meigret, Estienne) et des imprimeurs (Tory). Ce sont ces derniers qui, d’ailleurs, vont faire naître entre 1520 et 1530 la notion d’orthographe en France. Ils vont préférer en outre le système des voyelles accentuées à celui du redoublement de consonnes, mais cette modification mettra 200 ans à s’imposer.

  • Epoque classique : le mouvement des imprimeurs en faveur d’une simplification de l’orthographe échoue, mais cette nouvelle orthographe continue à vivre, en province notamment. Le dictionnaire de Richelet (1680) atteste également de ces graphies simplifiées (suppression des lettres grecques, de consonnes muettes ex. : batême, mistère,…). Au XVIIIe siècle, de nombreux philosophes entrent à l’Académie, ce qui est à l’origine d’un nouveau mouvement en faveur d’une simplification. On supprime des lettres inutiles (« h » dans « autheur », « b » dans « debvoir »), on remplace le « es » par  « ê » (estre > être). Voltaire fait adopter l’orthographe « ai » au lieu de « oi » (anglois > anglais).

  • XIXe siècle : l’orthographe se recomplexifie sous l’impulsion de l’Académie qui, perdant de son prestige, édite des dictionnaires qui marqueront même quelques retours en arrière. D’autres dictionnaires tels que le Littré et le Larousse vont venir le concurrencer. L’orthographe se fixe davantage suite à l’obligation scolaire.

  • 1990 : nouvelle réforme de l’orthographe française. Celle-ci n’a presque pas été diffusée jusqu’à aujourd’hui. Ce n’est d’ailleurs que depuis 2008 qu’elle est devenue l’orthographe enseignée dans les écoles de la Communauté française.

Share this Article on :
Ads arab tek

© Copyright Universtudy 2010 -2011 | Design by Herdiansyah Hamzah | Published by Borneo Templates | Powered by Blogger.com.